Un bouquet de Saint Valentin avec de l'amour, pas du CO2 !

Dernière mise à jour : 17 oct. 2021

Un petit éclairage des consciences pour apprécier au mieux la fête des amoureux, offrir un bouquet de fleurs françaises qui entretient votre amour véritable, préserve la planète et donne un coup de pouce à l'économie locale.


Jours des amoureux, tradition pour certains, fête commerciale pour d'autres. Quoi que l'on en pense, il est toujours appréciable de recevoir de jolies attentions de la part de sa moitié. Mais faisons un tour des mauvaises habitudes bien ancrées dans notre société…


J'ai longtemps travaillé chez des fleuristes traditionnels et le bouquet de roses de la Saint Valentin était celui qu'il fallait vite acheter en rentrant à la maison sous peine de représailles. Alors on achète n'importe quoi tant qu'il s'agissent de roses rouges bien sûr ("sinon elle va me tuer") et… "Ohlala la rose est chère! Mais bon j'ai pas le choix… c'est la Saint Valentin !" Voilà ce que j'entendais à longueur de journée et qui m'a fait prendre ce tournant professionnel.


La semaine avant le 14 février on prépare dans tous les magasins des centaines et des centaines de roses… On fait le point ?


Dans la majorité des cas (85%), la rose est produite : en Amérique du Sud, au Kenya, ou en Hollande.


Des pesticides, toujours, et à gogo. De l'eau, énormément. Parfois, même pas de terre, comme en Hollande, car elles sont cultivées hors sol dans des rayonnages de plusieurs hectares. La température et la lumière sont contrôlées par des machines ultra performantes.

Et hormis les fleurs labellisées Fairtrade, la culture de la rose comprend aussi de nombreux abus humains: conditions de travail déplorables, bas salaires, exposition directe a des produits hautement cancérigènes… (Attention le commerce équitable garantit beaucoup de choses au niveau social et humain mais si on choisit de consommer local, cela n'a aucun rapport. Notre café, nos bananes ou notre chocolat auront quand même pris l'avion.)


Et en Hollande, bienvenue dans la plaque tournante de la fleur, avec nombre de technologies! J'y ai même vu des roses triées par des caméras, puis se faire prendre en photo dans un photomaton en bout de course de tapis roulants… Et oui la Saint Valentin implique des millions et des millions de roses rouges achetées dans le monde entier dans la même journée.


En résumé, la production de roses c'est:


- de l'énergie fossile (machineries, lumières, chauffage, puis frigo)

- de l'eau (beaucoup)

- des pesticides et fongicides ainsi que tout ce que ça implique pour nos sols, notre santé et la biodiversité. D'après une enquête de 60 millions de consommateurs faite en 2017, on trouve 15 substances chimiques dans le bouquet de roses vendus en France.

106 kg de pesticides par hectare de roses produites en Hollande (=30 fois plus que la culture commune des légumes).

En Afrique, c'est jusqu'à 25 substances chimiques interdites en Europe.

- du plastique, carton, agrafes, élastiques, scotchs (pour emballer une 1ère fois chez le producteur, puis une 2ème fois pour voyager en carton dans un avion, puis une 3ème fois pour voyager de la plateforme de l'acheteur en direction de celle du grossiste, pour être ensuite joliment ré-emballée chez votre fleuriste (voire une 4ème étape chez les adeptes de la botte en libre-service).

- des tonnes de CO2 pour aller de l'Equateur jusqu'en Hollande puis de la Hollande jusqu'à un grossiste puis du grossiste jusqu'à chez votre fleuriste puis enfin jusqu'à votre porte.

Un bouquet de roses rouges importées équivaut en moyenne à 58kg de CO2, soit environ un trajet Paris-Londres en avion.


L'amoureux(se) transi(e) pense alors offrir une fleur poétique ou un joli bouquet romantique, sans se douter de ce système absolument déraisonné. C'est si difficile d'y voir clair quand l'information n'existe pas…


Alors aujourd'hui j'ai ressenti le besoin de clarifier les choses et d'informer, de vous donner un état de fait pour consommer en conscience.


Jusqu'à présent il n'existe aucune législation qui implique une traçabilité de la fleur coupée. Le fleuriste lui-même n'a peut-être pas connaissance du produit qu'il a acheté chez son grossiste.

Des efforts ont été fait il y a peu pour les plantes mais encore rien pour les fleurs coupées. En appelant certains grossistes, je me suis rendue compte qu'ils ne connaissent l'origine de leurs fleurs séchées. Ils me répondent qu'elles ont été acheté en Hollande mais n'ont pas d'information sur leur provenance. Alors pour moi, c'était "merci, aurevoir".


Heureusement désormais il existe un label Fleurs de France (légiféré par notre gouvernement) ainsi qu'un collectif dynamique, le collectif de la fleur française. Je ferai dans de prochains articles une explication détaillée de leur charte. Ces groupes de travail sont essentiels et permettront un jour je l'espère de fournir des informations sûres et claires pour chaque Valentin(e).




En février, pas de fraises, pas de roses. Mais tellement d'autres jolies fleurs !




En attendant, comme on ne consomme pas de fraises en hiver, on n'achète pas de roses non plus. La rose est une fleur d'été (selon les variétés de mai à fin septembre). Les rosiers sont gourmands en eau. Aucun problème quand on profite d'un joli rosier dans son jardin, mais delà à en produire des milliers hectares en monoculture, il y a un monde!


La nature est merveilleuse et nous offre plein de jolies fleurs de saison (vous trouverez ici un super outil crée par le collectif de la fleur française). Il y a vraiment de quoi faire de superbes bouquets ! Assurez-vous de la provenance des fleurs grâce au label Fleurs de France.


Et si vous voulez pousser votre engagement, suivez celui de Man-Fado : choisissez un beau bouquet séché de fleurs françaises, produit en bio, direct du producteur à l'artisan, pour un bouquet aussi durable que votre amour… Je vous donne rendez-vous dans ma boutique !